• Historique de la construction en Wallonie

    Nous allons voir dans ce premier article un petit historique de l'isolation de l'habitation.

    Maison.jpg

    Historique de l’isolation

    Jusqu’au milieu des années 40, les sociétés de construction utilisaient des murs pleins pour les habitations.

    Ces murs pleins ont un facteur de transmission thermique élevé et n’est donc pas un bon isolant.

    A partir des années 60, la construction en mur creux ont commencé à être utilisés. Un mur creux est composé de deux parois avec un vide de quelques centimètres entre les deux. Cela permet de diminuer les infiltrations dues aux intempéries. D’un point de vue de l’isolation toitures, le mur creux est meilleur que le mur plein, mais pas encore suffisamment isolant.

    Au milieu des années 70, petit à petit le creux entre les deux parois sera rempli de divers matériaux isolants. Cela va permettre de multiplier par diviser par quatre la déperdition thermique des murs.

     

    Le secteur de la rénovation et la transformation en Wallonie

    renovation-maison.gif

    De part le prix des terrains, on devient plus facilement propriétaire par l’achat d’un bien qu’on transforme que par l’achat d’un terrain sur lequel on fait bâtir une habitation.

     

    La majorité des habitations transformées sont des maisons.

    Plus de 70% des habitations en Wallonies a plus de 45 ans. La wallonie est également la région comptant le plus de logement ayant plus de 80 ans.

    La flandre en compte le moins et est la région qui construit le plus de nouveau logement.

    Par rapport aux autres pays européens, la Belgique est l’un des pays possédant les logements les plus vieux. C’est également l’un des pays construisant le moins de nouveaux logements. La moyenne de vie d’un logement est de 100 ans, car la Belgique est un pays qui détruit très peu de logement pour reconstruire.

    Près de 90% des logements en Wallonies sont des maisons unifamiliales.

    De plus près de la majorité de ces maisons unifamiliales n’est pas mitoyenne, ce qui est un désavantage pour l’isolation et résulte en une plus grande consommation énergétique.

    Ce phénomène ne s’inverse pas, la majorité des maisons nouvellement construites sont à 4 façades.

    De plus ces maisons 4 façades sont en moyennes plus grandes que les maisons mitoyennes, ce qui nécessite plus d’énergie pour les chauffer.

    D’ailleurs, la Belgique est un des pays Européens ayant en moyenne les maisons dont la superficie la plus grande.